Forum du Collectif Citoyen opposé à l'exploration et l'exploitation des Gaz et Pétrole de Schiste. Ni ici, Ni ailleurs ! Ni aujourd'hui, Ni demain !

14 et 15 novembre 2013 : Daniel Villanova et son spectacle "La Croisade des Rabat-Joie" au théâtre Jean Vilar de Montpellier.
7 septembre 2013 : Projection de Gasland 2 au Diagonal de Montpellier (17h30), suivie d'un débat en présence du réalisateur.
11 octobre 2013 Conseil Constitutionnel : la QPC de Schuepbach est rejetée.
[Commission de Suivi+forages "expérimentaux"] 22 mars 2012 : le Décret est paru au JO. Voir le sujet dans "Documentation" + "Loi... : procédure, application..."
[Permis de Montélimar] 12 décembre 2011 : le groupe Total a déposé un recours auprès du Tribunal Administratif. Voir le sujet dans "Revue de Presse".
29 nov. 2012 : après la conférence environnementale, lancement du "débat national sur la transition énergétique" du gouvernement Ayrault.

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le 1/10/2013, 13:22


    Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Partagez
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Message  Sophie le 9/12/2012, 09:19

    L'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques a été créé par la loi n° 83-609 du 8 juillet 1983. Il a pour mission d'informer le Parlement des conséquences des choix de caractère scientifique et technologique afin d'éclairer ses décisions. A cette fin il recueille des informations, met en œuvre des programmes d'études et procède à des évaluations.

    Cette structure, commune à l'Assemblée Nationale et au Sénat, est composée de 18 députés et de 18 sénateurs. Elle peut être saisie par le bureau de l'une ou l'autre assemblée. Jusqu'ici, les problèmes abordés se sont répartis à peu près également entre quatre grands thèmes : l'énergie, l'environnement, les nouvelles technologies et les sciences de la vie.

    L'Office constitue un intermédiaire entre le monde politique et le monde de la recherche. Il se doit d'être à l'écoute des milieux de la recherche et de solliciter des avis autorisés. L'Office est ainsi assisté d'un Conseil Scientifique qui reflète dans sa composition la diversité des disciplines scientifiques et technologiques, constitué de 24 personnalités de haut niveau choisies en raison de leur compétence.
    Source : Site du Sénat

    ----------------

    "L'Opecst lance un rapport sur les gaz de schiste : mauvais signal pour Baupin"
    => Dépêche AFP / Romandie News du 21 novembre 2012 <=
    Extraits :

    L'OPECST "a lancé mercredi [21 novembre], à la demande de la commission des Affaires économiques du Sénat, un rapport sur les techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour les gaz de schiste [...].

    L'Opecst a désigné deux rapporteurs, le député Christian Bataille (PS) et le sénateur Jean-Claude Lenoir (UMP) [...].

    Cette décision est un double mauvais signal, a jugé M. Baupin qui est membre de l'Opecst.
    Mauvais signal d'un point de vue environnemental, a-t-il développé. A trois jours de la conférence de Doha contre le dérèglement climatique, l'obstination de la France à vouloir aller chercher de nouvelles ressources fossiles ne peut qu'affaiblir notre parole dans les négociations internationales, écrit-il dans un communiqué.
    Mauvais signal d'un point de vue démocratique : alors que des engagements publics ont été pris de ne pas utiliser les gaz de schiste, donner l'impression de contourner les engagements pris et l'opinion publique (..) sous la pression du seul Medef ne peut que fragiliser la confiance de nos concitoyens en ses responsables, a ajouté le député EELV.
    Pour M. Baupin, il faut donner la priorité aux recherches qui favoriseront la transition énergétique, et non celles qui risquent de nous maintenir sous addiction fossile [...]".
    ----------------

    "Gaz de schiste : "Je défends la recherche contre l’obscurantisme"
    => Entretien Usine Nouvelle du 16 novembre 2012 <=
    Extraits :

    "Le sénateur Daniel Raoul (PS – Maine-Et-loire), au nom de la commission des Affaires économiques du Sénat qu’il préside, a saisi l’OPECST [...].

    Depuis le début du débat sur les gaz de schiste, je plaide pour la recherche de solutions alternatives à la fracturation hydraulique. Je suis persuadé qu’il existe des entreprises françaises capables de proposer des solutions alternatives, non destructives, pour prospecter des gaz de schiste. Et l’Office peut étudier ces possibilités au-delà de tout clivage politique [...].

    Je suis un scientifique de formation (Ndlr : titulaire d'un doctorat en physique des solides). Refuser la recherche est pour moi incompréhensible. Que ce soit sur les gaz de schiste, comme sur les plantes génétiquement modifiées. Pour prendre ce dernier exemple, être anti-OGM, c’est être anti-vaccins, anti-levure, anti-insuline… Il faut accepter d’expérimenter en s’assurant que la sécurité est assurée. Je défends la recherche contre l’obscurantisme. Il n’y a pas de progrès sans recherche
    ".


    Dernière édition par Sophie le 3/2/2013, 08:52, édité 1 fois
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Re: Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Message  Sophie le 3/2/2013, 08:49

    Site du Sénat
    => Publication du 31 janvier 2013 <=
    L’OPECST a adopté l’étude de faisabilité d’un rapport consacré aux techniques alternatives à la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures non conventionnels.

    "Réalisé par M. Christian Bataille, député (Nord, SRC), et M. Jean-Claude Lenoir, sénateur (Orne, UMP), rapporteurs, ce travail préliminaire confirme pleinement l’intérêt de la saisine de la commission des affaires économiques du Sénat.

    En effet, la fracturation hydraulique, interdite par la loi du 13 juillet 2011 pour l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures, est une technique ancienne qui évolue aujourd’hui rapidement sous l’effet de considérations environnementales de plus en plus partagées. Des voies d’amélioration de cette technique existent, dans le sens d’une moindre consommation d’eau et d’une moindre utilisation de produits chimiques.

    Parmi les autres techniques susceptibles d’être employées, la stimulation au propane, déjà pratiquée en Amérique du Nord, mérite l’examen. D’autres technologies sont envisagées en recherche et susceptibles d’aboutir à des applications d’ici à une dizaine d’années.

    Les rapporteurs, qui souhaitent explorer l’ensemble de ces pistes, ainsi que leurs implications économiques, proposent d’inscrire leur étude dans un calendrier qui lui permettrait d’apporter une contribution au débat national sur la transition énergétique. C’est pourquoi un rapport d’étape est envisagé au printemps prochain, puis un rapport final à l’automne".
    Calendrier proposé pour l’étude
    • Février-Mai 2013 : réalisation d’auditions par les rapporteurs (pouvoirs publics, entreprises, associations environnementales), consultation des partenaires sociaux.
    • Avril 2013 : audition ouverte à la presse en salle Lamartine (Assemblée nationale).
    • Printemps 2013 : examen par l’Office d’un rapport d’étape.
    • Juin à septembre 2013 : déplacements à l’étranger.
    • Automne 2013 : examen par l’Office du rapport final.
    L'étude peut être consultée/téléchargée => ici <=

    ------------------

    "Laurence Rossignol (PS) sceptique sur l'objectivité de la mission parlementaire"
    => Dépêche AFP/Romandie du 1er février 2013 <=
    Extraits :

    "[...] Ce qui inquiète légitimement c'est l'objectivité des deux parlementaires chargés du rapport par l'Opecst, Jean-Claude Lenoir (UMP) et Christian Bataille (PS), a déclaré à l'AFP la sénatrice de l'Oise.
    Ils sont l'un et l'autre connus pour être à la fois liés aux industries énergéticiennes, c'est deux clones, les Dupont et Dupond du nucléaire, aussi fascinés par les technologies que critiques sur le principe de précaution, a-t-elle accusé. Ils sont pour les gaz de schiste, a-t-elle déploré.

    Elle a enfin critiqué le côté redondant de cette mission rappelant que l'Assemblée nationale a fait la même mission l'année dernière avec Philippe Martin (PS) et François-Michel Gonnot, président de l'Agence nationale pour la gestion des déchet radioactifs (Andra) et qui n'ont pas abouti aux mêmes conclusions [...]".
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Re: Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Message  Sophie le 25/4/2013, 15:28

    Le calendrier de l'étude de l'OPECST suit son cours. Ainsi, le 18 avril, divers "experts" étaient auditionnés, dont les pétroliers.
    "Fracturation hydraulique : les pétroliers jugent qu'il n'y a pas d'alternative"
    => Article Actu-Environnement du 19 avril 2013 <=
    Extraits :

    La fracturation hydraulique à base d'eau est selon nous la technique fiable et éprouvée, explique Bruno Courme, directeur de Total Shale Gaz Europe. Il n'y a pas véritablement d'alternatives, acquiesce Pascal Baylocq, président du club de réflexion sur les hydrocarbures de roche mère. Pour les gaz de schistes, aucune autre technologie n'est disponible, à notre connaissance, renchérit Gilles Pijaudier-Cabot, directeur du laboratoire des fluides complexes et leurs réservoirs [...].

    Les principales pistes d'amélioration visent donc à réduire les volumes d'eau, à utiliser un liquide inerte pour réduire la lixiviation, à utiliser des additifs moins toxiques (issus de l'agroalimentaire notamment) et des proppants (sable ou céramique) plus légers, à minimiser les risques de fuite vers les aquifères (cuvelage et cimentation du puits), à améliorer le monitoring des opérations, à traiter l'eau après fracturation et à limiter l'impact au sol. Selon les industriels, cette stratégie d'amélioration est la meilleure, voire l'unique, solution possible.

    Les intervenants utilisent différents termes pour parler de la fracturation hydraulique ["fracturation", de "stimulation" ou de "massage" de la roche mère], ce qu'a relevé l'auditoire [...]. Certes, mais la sémantique est importante, insiste Bernard Tardieu, président de la commission Energie et Climat de l'Académie des sciences, expliquant être "gêné" par ce qui s'apparente à une édulcoration des termes. C'est "un procès d'intention", répond Bruno Courme [...]. Pour le représentant de Total, la stimulation correspond aux opérations visant à améliorer la capacité d'un réservoir à laisser débiter le fluide qu'il contient vers le puits. Une pratique répandue, que ce soit pour améliorer le taux de récupération d'un gisement ou pour extraire certains hydrocarbures non conventionnels."


    Dernière édition par Sophie le 27/4/2013, 09:48, édité 1 fois
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Re: Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Message  Sophie le 25/4/2013, 15:50

    Côté étude des "alternatives", il faudra bien sûr attendre le rapport d'étape, prévu au printemps, et le rapport final, annoncé quant à lui à l'automne 2013. Mais voici ce qu'en ont retenu certains journalistes.
    "Autres techniques et autres problèmes"
    => Article Actu-Environnement du 19 avril 2013 <=
    Extraits :

    "Total en a listé une quinzaine plus ou moins matures réparties en cinq catégories. Il y a tout d'abord les techniques de fracturation hydraulique utilisant d'autres liquides : CO2, azote, hélium, propane ou méthanol et diesel. Les quatre autres catégories sont la fracturation électrique, par explosion, mécanique et thermique. Parmi celles-ci, certaines sont inenvisageables, comme la fracturation par explosion nucléaire (déjà testée mais qui donne des résultats catastrophiques, rapporte Bruno Courme). Restent quelques techniques qui ont monopolisé les débats.

    Il s'agit tout d'abord de la fracturation au propane [...] qui fracture la roche en se dilatant dans le sous-sol [...]. Mais cette technique a un gros défaut qui la discrédite aux yeux de Total : le stockage de 200 à 400 m3 de propane sur le site pose des questions de risque industriel et chaque cluster serait alors soumis à la directive Seveso [...].

    La fracturation électrique utilise des arcs électriques qui induisent des ondes de pression et fracturent la roche. Au moins deux équipes travaillent sur le sujet au Texas et en Chine. La technique fonctionne relativement bien mais les fissures obtenues sont courtes. Il faudrait donc multiplier le nombre de puits alors que les exploitants souhaitent au contraire limiter l'impact au sol [...].

    Quant aux techniques thermiques, qui consistent à chauffer la roche, elles permettent de transformer les hydrocarbures lourds en huile ou d'assécher la roche mère pour le gaz de schiste [...]".

    Contenu sponsorisé

    Re: Alternatives à la FH : mission d'information confiée à l'OPECST

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est 20/10/2017, 23:30