Forum du Collectif Citoyen opposé à l'exploration et l'exploitation des Gaz et Pétrole de Schiste. Ni ici, Ni ailleurs ! Ni aujourd'hui, Ni demain !

14 et 15 novembre 2013 : Daniel Villanova et son spectacle "La Croisade des Rabat-Joie" au théâtre Jean Vilar de Montpellier.
7 septembre 2013 : Projection de Gasland 2 au Diagonal de Montpellier (17h30), suivie d'un débat en présence du réalisateur.
11 octobre 2013 Conseil Constitutionnel : la QPC de Schuepbach est rejetée.
[Commission de Suivi+forages "expérimentaux"] 22 mars 2012 : le Décret est paru au JO. Voir le sujet dans "Documentation" + "Loi... : procédure, application..."
[Permis de Montélimar] 12 décembre 2011 : le groupe Total a déposé un recours auprès du Tribunal Administratif. Voir le sujet dans "Revue de Presse".
29 nov. 2012 : après la conférence environnementale, lancement du "débat national sur la transition énergétique" du gouvernement Ayrault.

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le 1/10/2013, 13:22


    GdS & dérèglement climatique

    Partagez
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    GdS & dérèglement climatique

    Message  Sophie le 24/12/2012, 11:11

    Dossier Politis du 6 décembre 2012
    "Les gaz de schiste aggraveront le dérèglement climatique"
    Encart

    "Un simple coup d'oeil aux dernières données concernant le dérèglement climatique suffirait à condamner le recours aux gaz de schiste. Alors que la Conférence annuelle de l'ONU sur le climat se tient dans l'indifférence, les émissions de CO2 auront encore augmenté de 2,8% en 2012 malgré la crise économique, souligne le rapport annuel du Global Carbon Projet. Les auteurs estiment qu'à ce train les températures moyennes pourraient grimper de 4 à 8°C d'ici à 2100, voire avant !

    Le réputé Institut de Potsdam confirme cet horizon noir dans un rapport "catastrophe" livré il y a 2 semaines à la Banque mondiale [climatechange.worldbank.org]. Il y a 3 ans, à Copenhague, la communauté internationale s'était engagée à ce que la dérive ne dépasse pas 2°C...

    Et le dérèglement se vérifie sous nos yeux. La semaine dernière, l'Organisation mondiale de la météorologie se préparait à classer 2012 parmi les années les plus chaudes jamais enregistrées. En septembre dernier, les satellites ont mesuré la plus importante contraction estivale de la banquise arctique, dans des proportions qui prennent au dépourvu les climatologues. Année exceptionnelle aussi par le nombre de sécheresses, inondation, tempêtes et ouragans partout dans le monde".
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Re: GdS & dérèglement climatique

    Message  Sophie le 7/1/2013, 10:08

    "Des fuites de méthane plus importantes que prévu"
    => Article Le Monde du 4 janvier 2013 <=
    Extrait :

    "Des chercheurs de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et de l'université du Colorado ont mesuré, grâce à des équipements au sol ainsi qu'un aéronef, les concentrations de différents polluants dans l'atmosphère, aux abords des puits des champs gaziers et pétroliers du bassin d'Uintah (Utah) [...].
    Les puits de gaz de schiste laisseraient fuir 9 % de méthane (CH4), l'un des principaux composants du gaz naturel, pendant leur durée d'exploitation.

    Des chiffres très supérieurs à la valeur retenue par l'Agence américaine de l'environnement (EPA), qui parlait de 2,4% pour l'année 2009. "Nous nous attendions à obtenir des niveaux élevés de méthane, mais pas de cette ampleur", a admis Colm Sweeney, qui a dirigé la composante aérienne de l'étude.

    En cause : les fluides utilisés pour fracturer la roche entraînent avec eux, lorsqu'ils sont pompés pour être ramenés vers la surface, des bulles de gaz naturel qui vont se disperser dans l'atmosphère. La remontée du gaz à l'ouverture du puits se traduit en outre pendant quelque temps par une fuite supplémentaire de méthane. Enfin, les gazoducs ne s'avèrent pas totalement étanches.

    De quoi remettre en cause l'un des arguments forts en faveur du gaz de schiste, à savoir son impact climatique réputé plus faible que celui du charbon – sa combustion dans les centrales électriques génère presque deux fois moins d'émissions de dioxyde de carbone (CO2), principale cause du réchauffement climatique. En rejettant du méthane, qui possède un coefficient de réchauffement 25 fois supérieur à celui du gaz carbonique, la production de gaz de schiste par fracturation hydraulique pourrait avoir un bilan en gaz à effet de serre équivalent, voire supérieur, à celui du charbon [...].

    En mars 2011, le biogéochimiste Robert Howarth, chercheur à l'université Cornell (Etat de New York), estimait dans Climatic Change que 3,6% à 7,9% du gaz de schiste produit aux Etats-Unis s'échappaient dans l'atmosphère. Ces travaux ont toutefois été critiqués [...]".

      La date/heure actuelle est 20/10/2017, 23:29