Forum du Collectif Citoyen opposé à l'exploration et l'exploitation des Gaz et Pétrole de Schiste. Ni ici, Ni ailleurs ! Ni aujourd'hui, Ni demain !

14 et 15 novembre 2013 : Daniel Villanova et son spectacle "La Croisade des Rabat-Joie" au théâtre Jean Vilar de Montpellier.
7 septembre 2013 : Projection de Gasland 2 au Diagonal de Montpellier (17h30), suivie d'un débat en présence du réalisateur.
11 octobre 2013 Conseil Constitutionnel : la QPC de Schuepbach est rejetée.
[Commission de Suivi+forages "expérimentaux"] 22 mars 2012 : le Décret est paru au JO. Voir le sujet dans "Documentation" + "Loi... : procédure, application..."
[Permis de Montélimar] 12 décembre 2011 : le groupe Total a déposé un recours auprès du Tribunal Administratif. Voir le sujet dans "Revue de Presse".
29 nov. 2012 : après la conférence environnementale, lancement du "débat national sur la transition énergétique" du gouvernement Ayrault.

Octobre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le 1/10/2013, 13:22


    Le Monde : "Sarkozy joue les démineurs"

    Partagez
    avatar
    Sophie

    Date d'inscription : 18/06/2011
    Localisation : Montpellier - Celleneuve
    Humeur : Enervée

    Le Monde : "Sarkozy joue les démineurs"

    Message  Sophie le 3/10/2011, 15:41

    Article du 3 octobre 2011
    (réservé aux abonnés - merci à Anne)
    "De mémoire d'avocat, on n'a jamais vu cela. Pour la première fois de sa longue histoire minière, la France va abroger des permis de recherche accordés pourtant en toute légalité par son administration. Un cap franchi pour tenter de désamorcer, à quelques mois de la présidentielle, le dossier explosif du gaz de schiste.
    Visiblement, c'est le voyage de Nicolas Sarkozy, mardi 4 octobre, dans le sud-est de la France qui a tout accéléré. Le président de la République se rend dans le Gard pour se féliciter du classement au Patrimoine mondial de l'Unesco du Parc national des Cévennes.
    Or la beauté du site est menacée depuis l'octroi, en mars 2010, d'un permis de recherche de gaz de schiste, dit "permis de Nant", à la firme texane Schuepbach Energy. Pas question pour M.Sarkozy, dont la popularité est en forte baisse, d'affronter la mobilisation du député européen José Bové et de ses amis Verts, très bien organisés sur le terrain.

    Après une réunion d'arbitrage qui aurait eu lieu vendredi au soir à l'Elysée, il aurait donc été décidé d'abroger les deux permis de Schuepbach (celui de Nant et celui de Villeneuve-de-Berg) et peut-être celui de Total (permis de Montélimar). Mais il est possible que d'autres titres soient sur la sellette.
    La loi du 13 juillet 2011 interdit sur le territoire national l'utilisation de la technique de la fracturation hydraulique - dont les méfaits sur l'environnement peuvent être très importants - "pour l'exploration et l'exploitation des mines d'hydrocarbures liquides ou gazeux".

    Les titulaires de permis concernés avaient jusqu'au 13 septembre pour indiquer au gouvernement quel procédé ils comptaient employer pour forer les sous-sols. Une gageure dans la mesure où la fracturation hydraulique est, à l'heure actuelle, la seule technique d'extraction possible.
    Mais, certaines compagnies, à l'instar de Total, souhaitant conserver leur titre, imaginaient prendre leur temps. Procéder d'abord à des carottages verticaux classiques pour juger de la richesse réelle des gisements, puis selon les progrès techniques et les fruits d'un intense lobbying, proposer une "fracturation hydraulique propre".
    L'administration a reçu 64 dossiers (sur 64 attendus). Une vingtaine concernerait à proprement parler l'exploration d'huiles et de gaz de schiste. Et avait jusqu'au 13 octobre pour indiquer aux industriels le sort qui allait leur être réservé. Le voyage de Nicolas Sarkozy en a décidé autrement.

    Plusieurs industriels contactés par Le Monde - Schuepbach, Total, l'américain Toreador, le canadien Vermillon - affirment n'être au courant de rien. De même, la liste des 64 rapports remis n'est toujours pas mise en ligne sur le site du ministère de l'industrie, alors que le gouvernement a promis qu'il les rendrait publics.
    En réalité, la rapidité de la décision a surpris jusqu'au ministère de l'industrie et au ministère de l'écologie. Il semble clair qu'Eric Besson et Nathalie Kosciusko-Morizet ont désormais perdu la main sur ce dossier.
    Cette précipitation élyséenne va-t-elle réussir à calmer les esprits ? Rien n'est moins sûr. Sur le terrain, les Cévenols vont rester mobilisés. Nicolas Sarkozy se rend mardi à Alès, où les habitants ne manqueront pas de lui rappeler l'existence de deux autres permis d'exploration : celui de la plaine d'Alès, détenu par l'anglais Bridgeoil et celui du Bassin d'Alès, accordé au suisse Mouvoil. Et quid du Bassin parisien, où plusieurs opérateurs se partagent des gisements d'huiles de schiste ?

    Pour Jean-Paul Chanteguet, député PS de l'Indre et rapporteur de la nouvelle proposition de loi sur les gaz de schiste examinée le 6 octobre à l'Assemblée nationale, c'est "abracadabrantesque". Présenté par le groupe socialiste et les Verts, le texte vise à interdire purement et simplement l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures non conventionnels (dont font partie les gaz et huiles de schiste), les forages offshore, et à "abroger avec effet rétroactif les permis exclusifs" qui avaient été délivrés. "Ce qui se passe aujourd'hui à l'occasion de la visite du président de la République dans les Cévennes relève du bricolage, estime l'élu PS de l'Indre. Nous avions indiqué que la loi du 13 juillet était insuffisante et donnerait lieu à de multiples contestations. Cela risque d'être le cas... Pourquoi abroger le permis de Total alors que le groupe dit ne pas vouloir utiliser la fracturation hydraulique ?"
    Même son de cloche du côté de l'équipe de José Bové qui parle de "confusion totale". Sans oublier la réplique des opérateurs, qui ne resteront pas inertes face à cette remise en cause de la parole d'Etat. Si l'on imagine mal Total attaquer l'Etat français au contentieux, qui pourrait en empêcher le texan Schuepbach, par exemple ?
    Marie-Béatrice Baudet et Bertrand d'Armagnac

      La date/heure actuelle est 20/10/2017, 23:28